Accueil Actualité Les plantes médicinales, socle de la médecine traditionnelle africaine

Les plantes médicinales, socle de la médecine traditionnelle africaine

Les feuilles de Moringa ont des propriétés anti tumorales, anti-inflammatoires et antibactériennes mais elles auraient également des propriétés neuroprotectrices

En Afrique, la majorité de la population compte sur la médecine traditionnelle car elle constitue selon l’OMS, la source principale à laquelle cette population recourt pour combler ses besoins en soins de santé.

Il est d’ailleurs reconnu que la médecine traditionnelle est fiable, acceptable, d’un prix abordable et accessible. A la base de cette médecine, se trouve des plantes avec des vertus médicinales.

Une plante médicinale est une plante qui présente des propriétés particulières bénéfiques pour la santé humaine, voire animale. C’est une plante utilisée pour ses propriétés thérapeutiques. Cela signifie qu’une de ses parties (feuille, bulbe, racine, graines, fruits, fleurs) peut être employée dans le but de guérir.

Les infusions sont le moyen le plus simple et infaillible pour profiter des bienfaits des plantes médicinales. Cependant, d’autres techniques permettent également d’exploiter ces plantes pour se soigner, notamment la décoction qui permet d’extraire les principes actifs des parties les plus dures des plantes médicinales telles que les écorces ou les racines.

Aussi multiples et diversifiées soient-elles, ces plantes sont en effet utilisées par tous les types de praticiens de la médecine traditionnelle, même ceux qui s’adonnent au mysticisme.

 « Pour plusieurs millions de personnes, les médicaments à base de plantes, les traitements traditionnels et les praticiens traditionnels constituent la principale voire l’unique source de soins de santé. Ces soins sont proches des gens et faciles d’accès et financièrement abordables », souligne l’OMS dans sa stratégie pour la médecine traditionnelle (2014-2023).

C’est à juste titre que la Journée de la médecine traditionnelle africaine est célébrée le 31 août de chaque année afin de promouvoir le rôle important que la riche biodiversité de plantes et d’herbes médicinales joue dans l’amélioration du bien-être des populations.

Avec les partenariats et investissements appropriés, les médicaments traditionnels africains éprouvés pourraient trouver un vaste marché mondial. Mais, les travaux doivent être renforcés non seulement pour intégrer la médecine traditionnelle dans des systèmes de santé orthodoxes, mais aussi pour consolider davantage les partenariats avec les praticiens de la médecine conventionnelle.

Il faudra par ailleurs mobiliser davantage les ressources notamment en faveur de la recherche et du développement.

Cris DADA