Accueil Maladies Antonio Guterres : « (…) Le paludisme peut être vaincu »

Antonio Guterres : « (…) Le paludisme peut être vaincu »

Antonio Guterres

Le monde entier a célébré ce 25 avril, l’édition 2021 de la journée mondiale de lutte contre le paludisme. A cette occasion, le secrétaire général des Nations unies a adressé ses félicitations aux pays qui ont déjà réussi à éliminer la maladie.

Antonio Guterres a en outre appelé les autres pays à un engagement politique fort et des investissements suffisants afin d’atteindre l’objectif commun qui est « un monde exempt de paludisme ».

« (…) le paludisme peut être vaincu », a-t-il indiqué.

Nous vous proposons dans son intégralité le message du SG des Nations Unies :

« Malgré la pandémie de COVID-19 et les multiples crises qu’elle a entraînées, le nombre de pays qui ont éliminé le paludisme ou sont en bonne voie d’y parvenir ne cesse de croître. Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, nous félicitons tous les pays qui ont atteint cet objectif ambitieux : ensemble, ils montrent au monde qu’un avenir sans paludisme est possible.

Dans les pays maintenant exempts de paludisme, les services de prévention, de diagnostic et de traitement nécessaires ont été mis à la disposition de toutes celles et tous ceux qui risquaient de contracter la maladie, et ce sans considération de nationalité ou de moyens financiers. Un financement durable, des systèmes de surveillance solides et une population mobilisée ont également été les clés du succès.

À l’heure où nous célébrons ces avancées, nous ne pouvons toutefois oublier les millions de personnes qui, partout dans le monde, continuent de souffrir de cette maladie et d’en mourir. Chaque année, le paludisme fait plus de 400 000 morts, et la majorité des victimes sont de jeunes enfants en Afrique. Et chaque année, on dénombre plus de 200 millions de nouveaux cas de cette maladie parasitaire mortelle.

Mais le paludisme peut être vaincu. C’est par un engagement politique fort, des investissements suffisants et un arsenal de stratégies que nous pourrons atteindre notre objectif commun : un monde exempt de paludisme. »